Être à la trace

Ma pratique de la peinture engage une problématique de la matière qui vise une logique propre à la matière libérée. Peindre c’est aussi sculpter! Tous ces pigments de couleur sont composés de minuscules particules fragmentaires issues de la terre et du minerais. En les assemblant, j’ai l’impression de reconstruire un monde, de participer à la régénération du rythme de leur structure.

Recueillir une mémoire de la matière, laisser couler la gestuelle du corps, son émotion, sa sensibilité à percevoir le souffle, l’énergie que crée les rencontres. Rythmer les tonalités. Forger le tumulte et aiguiser le mystère.

Repousser l’évidence. Orchestrer les différences!